La maison d'à côté

Le village




Lamorteau, situé à deux pas de Torgny, dans la Petite Provence Belge, a su préserver une partie de son habitat traditionnel. Le village possède quelques ensembles remarquables de maisons gaumaises où tuiles rouges mêlées au jaune de la pierre leur confèrent une touche très méridionale.

Lamorteau trouverait son origine dans « la morte eau », bras du Ton aux eaux dormantes. Il faut dire que le Ton traverse le village avec une pente très douce en raison des méandres situés en amont, laissant ci et là des mares d’eau stagnante. L’église est dédiée à Saint-Nicolas, protecteur du feu, des bateliers, des enfants.

L’histoire du village est essentiellement liée à 3 points :

  • 1. La construction d’un prieuré (communauté religieuse) à Radru au 11ème siècle par le Comte de Chiny au profit des Bénédictins. Repris par les Prémontrés de Mureau jusqu’en 1444. Ermitage et enfin moulin jusqu’en 1945.
  •  

  • 2. La période de monsieur De Franque, riche propriétaire de grand renom et ami de Monseigneur Hontheim (évêque de Trêves habitant au château de Montquintin). Sa maison située derrière l’église aurait dû accueillir Louis XVI lors de sa fuite en 1791 ; mais ce dernier fut arrêté à Varennes à 60 km de la frontière.
  •  

  • 3. La ligne de chemin de fer avec son importante gare frontière. Dans le courant du 19ème siècle, les hauts-fourneaux se développent en même temps que le train à vapeur. La Lorraine, région prospère en minerai de fer, s’enrichit d’un réseau ferroviaire pour le transport de la houille et du minerai. La ligne Virton-Montmédy sera inaugurée à Lamorteau le 15 mars 1881. Lamorteau et Ecouviez furent des gares très importantes où travaillaient beaucoup de monde. En effet, ce sont deux villages frontières. Chacun avait une gare de triage, des voies pour permettre le changement de locomotive et un service des douanes. La crise profonde de la sidérurgie vers 1970 provoqua la suppression de la ligne Virton-Montmédy en 1982. Le dernier train est passé le 28 septembre 1985.